L'île des Fables

Titre : L'île des fables, Tome 1 - La voix perdue

Genre : High Fantasy (historique, épique)

Nombre de pages : 308

 

Résumé :

Sur l’île des Fables, la magie n’est plus. Disparue en une nuit. Au fil des mois, la situation ne cesse de se dégrader au sein des royaumes qui occupent l’île. Les villes sont pillées, la famine menace et les créatures magiques commencent doucement à perdre la raison… Face à l’impuissance du plus haut conseil de la magie, Marella, bonne fée émérite, décide de mettre sur pied une expédition du dernier espoir. Son but ? Retrouver de mystérieuses reliques, dont presque personne ne connaît l’existence, hormis leurs protecteurs.

 

À travers les yeux de sept personnages issus de vos contes préférés, embarquez pour une quête décisive, au milieu d’une île devenue hostile. Le fil de l’histoire ne suit pas toujours son cours… 


Broché dédicacé sur la boutique en ligne - À venir


La petite histoire...

L'île des Fables (anciennement intitulé Le monde des contes) est une histoire qui me trotte dans la tête depuis de nombreuses années. J'ai toujours été férue de contes, que ce soit à travers les longs métrages d'animations, les romans, les réécritures, les films ou même les séries... Et c'est particulièrement avec la découverte de la série littéraire Le pays des contes, de Chris Colfer, que j'ai formé cette envie d'univers clos, mélangeant tous mes contes préférés, en une seule histoire épique.

 

L'histoire a mûri de longues années dans mon esprit. J'ai rédigé la première version du plan lorsque j'étais en seconde année de Master, ai essayé de me lancer dans le premier jet pendant le second confinement (spoiler, ça n'a pas abouti) et me suis réellement lancée en 2021 !

 

Ça a pris de longs mois, pour écrire, réécrire, encore et encore, les points de vue de mes sept personnages. Je ne me suis pas facilitée la vie avec mon panel de narrateur.trices, mais je n'ai jamais lâché prise. Je savais comment je voulais raconter mon histoire, et l'importance qu'a cette construction, pour le rythme, le suspense et la pleine exploitation des potentialités de mon univers.

 

Fun fact : j'ai réécrit la dernière partie, le dénouement en sommes, pas loin de six ou sept fois, à tel point qu'aucun de mes bêta-lecteurs n'a lu la même chose.

 

Quoi qu'il en soit, j'ai réussi à écrire la version de mon histoire qui me paraît être la meilleure ! Du coup, je l'ai publiée, en auto-édition, parce que jusque-là, ça m'a toujours semblé être le seul moyen d'arriver à vivre de ma plume.

 

Malheureusement, je n'ai pas eu le succès escompté avec cette histoire. En vérité, ce n'est pas tant le succès que la visibilité. Je ne suis pas douée pour le marketing. Et si les critiques ont toutes été bonnes, le nombre de ventes tend vers le néant.

 

C'est pourquoi, après réflexion, j'ai décidé de proposer mon roman à deux maisons d'édition !

 

On en est là. :)